Axes stratégiques ERASMUS 2013-2020

L’ENSAS se fixe pour la période 2013-2020 les objectifs suivants :

Axe 1 : Consolider et renforcer le nombre d’étudiants inscrits dans les deux double-diplômes conjoints avec le KIT (Karlsruhe) “Architecture et Projet Urbain dans les Euro-régions” et celui avec l’Université Technique de Dresde “Projet Patrimoine et Historique”.
Indicateurs : nombre d’étudiants inscrits dans les deux double-diplômes et équilibre entre eux.

Axe 2 : Participer par son double-diplôme avec le KIT et son rattachement à l’UDS à travers le réseau EUCOR –Université du Rhin Supérieur- à la création “d’un pôle européen de formation et de recherche sur des thématiques transversales et pluridisciplinaires” en “promouvant la mobilité étudiante comme composante majeure du projet pédagogique et comme outil culturel et social” tel que défini dans le projet du contrat de site enseignement supérieur en Alsace.
Indicateur : nombre d’étudiants en mobilité entrante et sortante dans l’espace du Rhin supérieur.

Axe 3 : Renforcer l’attractivité de l’ENSAS à l’international.
Objectif 2020 : 25 % des étudiants inscrits sont d’origine étrangère : mobilités ERASMUS, convention d’échanges, inscrits réguliers de la formation initiale. Le nombre d’étudiants étrangers candidats à une inscriptions en master à l’ENSAS est significativement augmenté.

Axe 4 : Développer les partenariats et les conventions avec les facultés d’architecture du Nord de l’Europe, d’Asie et de l’Amérique latine ainsi que celles des pays de la filière francophone.
L’ENSAS consolidera en priorité son partenariat avec les facultés d’architecture de Deft et de Tongji à Shanghaï ainsi que ses programme IP actuels.
Indicateur : nombre d’échanges étudiants, de workshops, d’échanges enseignants, d’accords de formation conjoints ou double diplômes.

Axe 5 : Renforcer la politique d’incitation à la mobilité des étudiants.
L’incitation à la mobilité européenne ou internationale sera soutenue et l’apprentissage des langues (FLE ou langues étrangères) renforcé dans le cadre des opportunités offertes par le rattachement à l’Université de Strasbourg par l’intermédiaire de l’école des langues et culture en particulier.
Objectif en 2020 : 50 % des étudiants d’une promotion auront fait une mobilité à l’international en Licence 3 ou Master 1.

Axe 6 : Inciter à la mobilité enseignante et développer la place des enseignants invités.
Objectif 2020 : 3% des enseignants titulaires, soit 1 enseignant participe à une mobilité ERASMUS par an, deux enseignants bénéficient du statut “enseignant invité” pour un semestre ou deux chaque année universitaire contre un actuellement.

Axe 7 : Recherche : L’ENSAS développera son implication dans des programmes de recherche européens et en particulier et développera un programme de cotutelle de thèse avec des partenaires européens

Axe 8 :  Attractivité et partenariat : développer la communication de l’ENSAS auprès des représentations diplomatiques et des institutions européennes à Strasbourg.

Axe 9 : Développer la dimension internationale de la politique documentaire de l’ENSAS.
Elle coordonnera sa politique d’acquisition documentaire en architecture et urbanisme avec les bibliothèques du site, dont la Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg et le Service Commun de Documentation de l’Université, avec pour objectif de devenir pôle d’excellence en architecture et urbanisme. Par son intégration au SIGB du Service Commun de Documentation de l’Université, elle renforcera sa visibilité sur le plan national et international. Les étudiants et les enseignants en mobilité auront accès à toutes les bibliothèques du site strasbourgeois.
Elle mettra en oeuvre une politique d’acquisition significative d’ouvrages en langue anglaise et allemande en architecture, notamment en lien avec les doubles-diplômes franco-allemands et les projets du Rhin supérieur. Indicateur : 35 % d’ouvrages en langues étrangère.

Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne. Cette publication (communication) n'engage que son auteur et la Commission européenne n'est pas responsable de l'usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.