2018/2019
Jeudi 31 Janvier 2019

Alexandra Galitzine-Loumpet, anthropologue | Comment penser les lieux des exilés ?

"Face aux lieux de non-accueil, l'anthropologie étudie les rapports de domination, les emprises par différents groupes ou réseaux, mais aussi la "puissance d'agir" des exilés pour déjouer les violences, pour recréer des espaces de vie. Plus récemment, mes recherches m'ont conduite  à m'intéresser aux positionnements et discours de différents acteurs, chercheurs et architectes compris, face au lieu "camp" pour analyser, de façon réflexive, les discours élaborés contre les politiques migratoires".

Alexandra Galitzine-Loumpet est docteur en anthropologie.

Elle dévelope, entre autre, une réflexion sur le déplacement au travers des notions d’exil et d’expérience de l’exil, en travaillant particulièrement sur les objets et les expositions de l’exil/ de la migration (co-direction du programme Non-lieux de l’exil).

Dans le cadre du cycle alterarchitecture, sur une proposition de Barbara Morovich.