Guillaume Porche & Olivier Perret - 2ème prix Concours Archi''bois 2020

01 oct 2020
Concours Archi”bois 2020

Guillaume Porche & Olivier Perret - 2ème prix Concours Archi''bois 2020

Guillaume Porche & Olivier Perret, avec leur projet «Le Pignon» ont obtenus le 2ème prix au Concours Archi”bois 2020.

Le concours

Le concours Archi»Bois est organisé par le fonds Archimbaud pour l’Homme et la Forêt, en partenariat avec l’école d’architecture Paris Val-de-Seine. 
Le concours Archibois est destiné aux étudiants architectes, paysagistes et ingénieurs afin de mettre le matériau bois à l’honneur et de sensibiliser son utilisation dans l’architecture contemporaine. Cette initiative a pour objectif de faire connaître et promouvoir les potentialités du bois comme matériau de construction à travers diverses thématiques qui sont les thèmes des éditions du concours. Le premier en 2018-2019 était «prendre de la hauteur». Celui de 2019-2020, pour lequel nous avons été nominé lauréat deuxième prix était : «la greffe architecturale». Le fonds Archimbaud pour l’Homme et la Forêt, avec le soutien de l’Ensa Paris Val de Seine, organise dès aujourd’hui la troisième édition de ce concours ouvert aux étudiants sur le thème «Flexible, réversible, évolutif». 

► https://www.concours-archibois.com/ 

C’est un concours qui permet aux étudiants de découvrir l’histoire du bois, découvrir ses particularités, ses utilisations, ses aspects, afin de développer des réflexions sur la ressource bois et le développement de la filière.
L’édition 2019-2020 avait pour thème «La greffe architecturale». 66 dossiers ont été soumis par 126 étudiants architectes, ingénieurs et paysagistes afin de présenter un projet d’extension, de surélévation ou d’insertion, venant se greffer à l’existant dans un environnement urbain. 10 projets ont été sélectionné pour la soutenance finale. La cérémonie de remise des prix du concours s’est tenue le 1er octobre 2020 à la Maison de l’Architecture en Île-de-France, après une présentation orale de chaque projet devant un jury présidé par Marie Schweitzer, architecte, urbaniste et charpentière, spécialiste de la construction en bois et enseignante à l’ENSA Paris-Val de Seine.
Le jury était composé de : 
Marie Schweitzer, architecte et charpentière, enseignante à l’ENSAPVS, présidente du jury
Mireille Guignard, cheffe du service de l’Architecture, Direction régionale des affaires culturelles Ile-de-France
Sarah Laroussi, directrice générale du Comité National pour le Développement du Bois
Vincent Julien, architecte, co-fondateur de l’agence Why Architecture
Stéphanie Obadia, rédactrice en chef des Cahiers techniques du bâtiment
Sylvain Rochet, président d’Ingénierie Bois Construction et directeur du bureau d’études Teckicéa
Laurent Saurer, architecte, co-fondateur de l’agence suisse Localarchitecture
Chloé Thomazo, architecte, co-fondatrice de l’agence Pseudonyme

Le projet

Le Pignon Guillaume Porche & Olivier Perret - 2ème prix Concours Archibois 2020

Au coeur de la Petite France, entre les vieilles bâtisses à colombages et le square Louise Weiss émerge une nouvelle forme. Une toiture de bois s’est insérée dans le tissu historique, se logeant dans un édifice délaissé. D’après nos recherches aux archives, celui-ci était autrefois une menuiserie et un dépôt de bois. Une annexe mitoyenne de moindre hauteur a aujourd’hui disparu. Dans cet interstice délaissé entre le parc et la ville, le projet tente de rompre les limites tracées par l’histoire. C’est à cet emplacement que la greffe s’implante, réactive l’existant et s’y confronte. Le pignon émerge du mur maçonné et s’élance vers le square.
 
Sans les imiter, la charpente fait écho aux toitures alsaciennes et aux hangars de l’époque industrielle du lieu. C’est un équipement culturel et pédagogique, un Centre d’Interprétation de la Filière Bois en Alsace. Celle-ci représente plus de 55 000 emplois dans la région et aucun lieu au sein de l’Eurométropole ne permet de sensibiliser le grand public aux savoir-faire et métiers qui entourent ce matériau.
 
La greffe en bois à l’emplacement de l’ancienne annexe, se connecte au bâtiment délaissé distinguant trois parties. Celle de la greffe, devant lequel se prolonge le square sous la forme d’un arboretum servant d’outils pédagogique au centre d’interprétation et qualifie une nouvelle entrée au square. Celle de l’existant, devant lequel se trouve la terrasse du troquet dans la continuité de l’arboretum. Et finalement leur intersection dans lequel se développent divers espaces, une double hauteur servant de connexion visuelle entre l’existant et la greffe, mais aussi le prolongement de la toiture, sous la forme d’un écorché permettant au public de comprendre la composition d’une toiture. Le parcours muséographique est dessiné comme une ascension permettant au public de passer de l’existant à la greffe et vis vers ça à travers des espaces aux ambiances, aux vues et à la muséographie différentes.

L’ensemble des choix concernant les matériaux a été motivé par notre volonté de vouloir construire autrement. Le projet valorise les ressources et les savoir-faire locaux afin de réduire au maximum l’empreinte carbone du bâtiment. Après avoir étudié les bois présents en Alsace, nous en avons sélectionné trois qui répondaient à nos besoins techniques, esthétiques, et à leur usage dans le bâtiment. Le pin sylvestre, le châtaignier et le hêtre. 
 
L’édifice est inscrit au Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Patrimoine, qui induit qu’aucune modification n’y est permise. Nous souhaitions alors questionner ce patrimoine historique délaissé. L’objectif était de travailler avec le site et son histoire, de questionner l’éthique actuelle de construction, mais aussi par l’intersection de réinterroger la règle et questionner la sacralisation d’un patrimoine parfois délaissé. Le pignon prendre place, tisse des liens avec l’existant et s’impose comme un trait d’union entre l’histoire passé du lieu et le présent touristique et culturel du quartier. 

Photos © Pierrick Bourgault.